Témoignages

André Collin


Miser sur la recherche, c'est gagner à coup sûr !!!

J’ai décidé, cet été en compagnie de ma conjointe et 3 de mes enfants, de faire quelque chose de différent : Poser un geste concret! Souvent, autour d’une table on veut changer le monde, mais le lendemain, la vie reprend son cours et on oublie.

Cette fois-ci, on pose un geste qui, peut-être on l’espère, va améliorer le sort des gens qui reçoivent un diagnostic de cancer du pancréas. Nous allons traverser le Canada à vélo afin de ramasser de l’argent et de donner, un tant soit peu, des moyens à nos chercheurs qui travaillent sans relâche afin de trouver « le remède ».

Nous allons pédaler en ayant à l’esprit les gens près de nous : Henri, mon père et Raymond Ouellet, un frérot, qui sont partis trop vite. Pédaler en ayant à l’esprit que oui on doit se battre contre le cancer, mais aussi qu’il est nécessaire de vivre avec…

Aujourd’hui, des gens comme Josée, ma conjointe, qui ont bénéficié des fruits de la recherche sont avec nous et nous accompagnent. Il y a 10-15 ans peut-être, les traitements qu’elle a reçus n’existaient même pas et aujourd’hui elle mord dans la vie. C’est pourquoi, il est important d’aider à la recherche.

Nous avons besoin de vous. Je m’engage, jusqu’à concurrence de 25 000 $, à doubler le montant de chacun de vos mises et je vous remercie à l’avance.

Soyez assurés qu’un jour, les sous amassés vont servir à quelqu’un de votre entourage.


Josée Dubé


POUR PAPI, RAYMOND ET LES 4800 PERSONNES DÉCÉDÉES L'AN DERNIER DU CANCER DU PANCRÉAS

"Cher ami,

Je réaliserai cet été un défi audacieux afin de changer l’avenir de cette maladie pour mes amis, ma famille et les Canadiens de l’ensemble du pays. Je sensibilise les gens et j’amasse des fonds pour la lutte contre le cancer du pancréas.

Votre don contribuera grandement à la lutte contre le cancer du pancréas puisque tous les dons reçus seront investis spécifiquement dans la recherche portant sur ce type de cancer qui est si dévastateur.

De Vancouver à la Gaspésie à travers le Canada

La traversée du Canada, de Vancouver à la Gaspésie représente un défi audacieux. Moi et ma famille, partirons le 24 juin et reviendrons à Rimouski le 11 août après avoir franchis une distance d’environ 6100 km de Vancouver à la péninsule de la Gaspésie. Nous sommes très sensibles à l’impact qu’a le cancer dans la vie des gens. Nous voulons à notre manière faire une différence pour les personnes qui en sont atteintes, mais aussi pour les familles qui sont touchées.

Je m’engage à parcourir 4800 km à vélo pour rendre hommage à notre papi Henri Collin et à notre cousin Raymond Ouellet, parti trop tôt, ainsi qu’aux 4800 autres victimes du cancer du pancréas décédées l’an dernier au Canada.

Quelques statistiques au sujet du cancer du pancréas :

  • Constitue la 4e cause de décès par cancer au Canada et le 12e cancer le plus répandu
  • 5500 Canadiens ont reçu l’an dernier un diagnostic de cancer du pancréas et 4800 en sont décédés
  • La survie à 5 ans n’est que d’environ 7 % et seulement 50 % des personnes atteintes survivent plus de 4 mois environ
  • Plus de 60 % des cas de ce cancer sont diagnostiqués à un stade avancé
  • Moins de 2 % du financement total est alloué à la recherche pour ce type de cancer

J’espère que je peux compter sur votre appui.

Veuillez faire un don aujourd’hui et m’aider à atteindre mon objectif de collecte de fonds! L’argent amassé aidera les plus brillants chercheurs canadiens à faire des découvertes extraordinaires, à fournir des services de soutien essentiels aux personnes atteintes et à s’assurer que d’autres travaux d’une importance cruciale sont possibles.

Votre générosité aidera la Société canadienne du cancer à avoir le plus d’impact, contre le plus de cancers, dans le plus de collectivités au Canada.

Merci!

Encore merci pour ta grande générosité."


Charles Collin


RIMOUSKI, QUÉBEC

"Je ne saurais pas vous dire la date, ni même la période de l’année, mais je me souviens très bien du jour le plus éprouvant de ma vie. J’étais couché sur mon lit et je lisais un livre pour l’école. Ça n’arrivait pas souvent à l’époque, alors je m’en souviens. Mon père vient me rejoindre dans ma chambre et me demande de m’asseoir. « Charles, il va falloir être fort, ta mère est atteinte d’un cancer de peau ». La terre arrête de tourner. Les questions se multiplient dans ma tête, mais la terre n’arrête jamais de tourner bien bien longtemps alors elle repart. Maintenant, le combat commence. Un combat qui aura duré 3 rounds échelonnés sur 6 ans. Ouf !

Il s’en est passé des choses durant ce temps-là. De la tristesse, du bonheur lors des rémissions et surtout de l’espoir. Durant son troisième affrontement face à la maladie, ma mère a dû recourir à beaucoup d’espoir. L’espoir qu’un médicament expérimental puisse la sauver. La science y est parvenue. Le plus beau cadeau que mon frère, mes sœurs, mon père et moi avons reçu dans la vie est de toujours avoir Josée à nos côtés et ça, nous le devons en partie à la recherche.

Maintenant que tout cela est derrière nous, nous avons décidé de poursuivre le combat. Eh oui, ce n’est pas fini ! Cette fois beaucoup moins de peur et bien plus de satisfaction. Nos efforts sont maintenant tournés vers la collecte de fonds et la sensibilisation. Depuis maintenant quelques années, notre famille s’implique beaucoup dans la lutte contre le cancer que ce soit sur le plan régional avec les relais pour la vie, les défis vélo plein air (parcours de 315km entre Québec et Rimouski) et le vélo-tour de la Gaspésie (parcours de 965km) ainsi que « L’Everest 2017 : L’aventure d’une vie », l’ascension au camp de base de l’Éverest en 2017 accompagné de ma meilleure amie, ma maman.

Nous sommes très sensibles à l’impact qu’a le cancer dans la vie des gens. Nous voulons à notre manière faire une différence pour les personnes qui en sont atteintes, mais aussi pour les familles qui sont touchées.

Ces évènements permettent d’amasser des fonds pour l’Association du cancer de l’Est-du-Québec et pour la Société canadienne du cancer.

En 2014, mon papi nous a quitté après une lutte contre le cancer de pancréas. Cet hiver, ce fût au tour du cousin à mon père, Raymond Ouellet, de partir trop vite suite au cancer du pancréas. Malgré son jeune âge, sa forme physique et sa rage de vivre, la maladie a eu raison de sa vie.

À vélo, de Vancouver à la Gaspésie à travers le Canada

Cet été, je réaliserai un défi audacieux accompagné de mon père et ma mère, mon frère et ma plus jeune sœur. Nous partirons le 24 juin et reviendrons à Rimouski le 11 août après avoir franchis une distance d’environ 6100 km de Vancouver à la péninsule de la Gaspésie.

Je m’engage à parcourir 4800 km à vélo pour rendre hommage à notre papi Henri Collin et à notre cousin Raymond Ouellet, parti trop tôt, ainsi qu’aux 4800 autres victimes du cancer du pancréas décédées l’an dernier au Canada.

Je vous invite donc à donner généreusement pour que la recherche avance et que de plus en plus de combats se gagnent, mais surtout… s’évitent.

J’espère que je pourrai compter sur votre appui.

Merci infiniment !"


Alexandra Collin


TROQUER SA SELLE DE CHEVAL POUR UNE SELLE DE VÉLO

Je ne peux être plus fière de ma famille !

Quand je pense qu’elle traversera le Canada à vélo au profit de la Société canadienne du cancer pour la recherche contre le pancréas. Incroyable!

Vous êtes les meilleurs et je vous aime.

Mon père, quel homme généreux, toujours le cœur sur la main,

Ma mère, qui a combattu trois fois un cancer de peau métastatique et que sans médicaments de recherche, elle ne mordrait pas ainsi dans la vie,

Mes deux frères et ma sœur qui ont vécu l’inquiétude de voir leur mère se battre contre cette maudite maladie, maintenant heureux de la savoir débordante de santé.

Ma famille a participé à tellement d’activités ces dernières années : Relais pour la vie à Rimouski, défi Vélo Plein-air entre Québec et Rimouski (300 km), Vélo-tour de la Gaspésie (1000 km) et même le camp de base de l’Everest pour la lutte contre le cancer de peau.

Cette fois-ci, ils s’investissent pour la recherche contre le cancer du pancréas en créant le défi « Coast To Cause » !

Qu’est- ce que c’est?

C’est en fait la traversée du Canada en vélo, de Vancouver à la Gaspésie. Une traversée de 6000km où chaque membre de ma famille s’engage à rouler 4800 km afin de ramasser des fonds pour la recherche contre le cancer du pancréas.

Pourquoi?

Pour notre papi, Henri, notre cousin, Raymond et les 4800 autres personnes décédées du cancer du pancréas l’an dernier au Canada.

Moi, j’ai l’opportunité de passer l’été aux États-Unis, dans une superbe place, afin d’apprendre plus sur l’industrie de la compétition de plaisance western. J’ai la chance de monter sur ma confortable selle western, mais pour quelques jours, je vais l’échanger pour ma selle de vélo pour les rejoindre et les soutenir dans leur grande traversée.

Ainsi, je ferai avec ma famille plus de 600 km de vélo en quatre jours lors de leur passage dans le nord de l’Ontario...

Je ne pouvais les abandonner. Ils sont si chers à mes yeux et je les admire.

Nous avons un objectif de 24 000$.

Alors tu veux toi aussi nous aider?

Fais un don, aime et partage notre page afin qu’elle fasse elle aussi le tour du Canada !


Olivier Collin


CONTRE LE CANCER, POUR LA VIE

L’on pourrait se demander comment, un jeune de 19 ans ayant déjà traversé le Canada trois fois en automobile, peut en arriver à la conclusion qu’il est maintenant temps de le retraverser pour une quatrième fois, mais bien sur cette fois en vélo.

Bien mon raisonnement est simple : je le fais parce que notre pays est magnifique et qu’on ne peut le regarder assez en se déplaçant à plus de 100 km/h en bagnole, non, pour profiter au maximum de la beauté du Canada, il faut prendre le temps de le regarder et c’est ce que j’ai l’intention de faire cet été.

De plus, mais surtout, la grande traversée du Canada à vélo est une occasion en or pour notre famille de renforcer nos liens, tout en tentant d’aider le monde à notre façon en ramassant des dons qui iront à la lutte contre le cancer.

Comme vous le savez probablement déjà, le cancer peut toucher tout le monde et ce, même si on se dit que des trucs comme ça, ça n’arrive qu’aux autres. Moi aussi je pensais comme ça, jusqu’au jour où ma mère fut frappée par un cancer de la peau. Bien sûr, à l’époque j’étais très jeune et je ne comprenais pas vraiment ce que tout cela signifiait. J’étais très naïf et je ne pouvais imaginer ma mère perdre face à son combat contre cette maladie. Après la première rémission, j’ai cru que le tour était joué, mais malheureusement la maladie est réapparue et le même combat recommençait sans jamais donner de répit à ma mère. Encore une fois, je ne comprenais pas l’ampleur de tous ses médicaments, toutes ses rencontres avec les médecins, toutes ses opérations, tous ses Scans… Tout ça pour une deuxième rémission, ça en aura au moins valu la peine! Mais le cancer est une maladie combative elle aussi et celle-ci est parvenue une troisième fois à venir perturber la vie de ma mère. Cette fois, c’est pire. Les traitements normaux ne fonctionnent plus. La vie de ma mère est livrée à la recherche et aux traitements expérimentaux. Encore une fois, tant de mots pour un petit garçon qui ne souhaite que voir sa mère en santé. Par chance, les traitements ont fonctionné et ma mère est depuis ce temps en complète rémission. Cependant, ceci n’aurait probablement pas été le cas sans tout le financement qui permet aux scientifiques d’approfondir la recherche sur cette maladie et qui donne la chance à beaucoup de gens de continuer à vivre.

C’est pourquoi je sens qu’il est important de m’engager dans ce combat contre le cancer et pour la vie.

Merci pour vos dons.


Amélie Collin


ROULER POUR SAUVER PLUS DE VIES

"Incroyable ! Je pars traverser le Canada à vélo le 24 juin 2018 avec ma famille.

Je le fais d’abord pour supporter ma mère qui ne cesse de me surprendre avec ses projets audacieux, mais aussi pour tous ceux qui sont de près ou de loin touchés par le cancer du pancréas.

Je vais donc pédaler au-delà de 6000 km pendant plus d’un mois avec les gens que j’aime pour célébrer la vie et pour supporter la recherche contre le cancer du pancréas. Une cause très importante qui a malheureusement coûté la vie à mon papi, à un cousin et aussi à 4800 personnes l’an dernier.

Il y a 10 ans, ma mère, Josée, a été touché de près par le cancer de peau. Un simple grain de beauté sur l’intérieur d’une cuisse s’est transformé en mélanome malin de stade 4 qui a pris d’assaut son corps et a menacé sa vie. Il y a eu ensuite deux récidives. Aujourd’hui, elle est en complète rémission grâce à des médicaments de recherche très prometteurs et depuis 4 ans elle célèbre vivement cette victoire et participe aux levées de fonds afin de financer les équipes de recherche les plus prometteuses. Les progrès de la recherche ont rendu possible la poursuite de ses ambitions et de ses rêves.

Pour permettre à la médecine de poursuivre ses avancées, je m’engage à ramasser des dons qui vont aller directement à la société canadienne du cancer pour la recherche contre le cancer du pancréas.

Merci!"


Vilmont Beaudin


Pourquoi je fais le Coast to Cause ? Ben voilà :

Blandine qu’elle s’appelait, « ma tante Blandine »! C'était la première fois où j’ai eu connaissance que le cancer existait. La première fois aussi qu’on m’a dit : « Non..non, le dr ne guérit pas ça».

Après, il y en a eu d’autres dans ma famille : Gemma, Milène, Edgard, Fernand, Camey et Cécile.

J’étais peiné et je me disais que j’étais chanceux de ne pas l’avoir « le maudit Cancer ».

Des amis y sont restés dont Rodrigue et Odilon.

Beaucoup d’autres ont eu la maladie et la combattent, Josée qui fait le défi Coast to Cause, ma belle-sœur Madeleine, mon frère Jean-Claude, ma tante Yvonne, mon oncle Lionel et mon ami de ski Patrice.

Oui ben c’est ça! Je suis chanceux de ne pas l’avoir et je vais pédaler plus de quatre mille kilomètres à traverser le Canada pour la guérison du cancer.

Ce n’est plus vrai que le cancer ne se guérit pas, il y a la recherche et c’est pourquoi je vous demande de donner.

Merci!

Faites un don à la Société canadienne du cancer
Société canadienne du cancer Faire un don